Apprendre avec les Intelligences Multiples

Léa me tend son cahier de texte désespérée et me dit : « maman, il y a le passé simple des verbes en –er à apprendre pour demain ! » Là, une petite bouffée d’angoisse monte rapidement chez moi : « Je me suis arrachée les cheveux mardi dernier avec la table de 6, avec le passé-simple, c’est pas gagné ! ». Comment faire pour que ce temps de devoir à la maison ne finisse pas en pugilat mais soit un bon moment avec ma fille ? Je respire un bon coup et décide de mettre en application ce que j’ai découvert récemment à une conférence sur les Intelligences Multiples.  « Léa, comment veux-tu apprendre cette leçon ? As-tu déjà imaginé une idée pour la comprendre et la retenir ? » Ma fille me regarde étonnée. Il est vrai que c’est la première fois que je lui pose cette question. D’habitude, je m’empare de son cahier, je refais la leçon à ma sauce et je termine en lui disant : « tu as compris ? ». Je poursuis donc : « quand tu apprends, qu’aimes- tu faire ? » « J’aime dessiner maman ! » « Alors vas-y, dessine ta leçon ! » Et voici ma Léa qui s’empare de feutres et invente un schéma bien à elle, plein de couleurs. Elle y ajoute quelques dessins et symboles, histoire de mieux ancrer encore ce qu’elle doit retenir. Je m’amuse en la voyant faire et réalise combien elle reste concentrée, tout à son apprentissage. Une fois son dessin terminé, je lui demande de m’expliquer ce qu’elle a retenu et le sens des symboles qu’elle a utilisés. Je suis étonnée des liens qu’elle a fait et de sa créativité !

Je la sens fière de ce qu’elle vient de réaliser.  En passant par sa porte d’apprentissage – ici l’intelligence visuelle spatiale – elle a su trouver un moyen pour retenir tout en s’amusant.  Je décide de poursuivre l’apprentissage : « Et si maintenant tu mimais cette leçon que ferais-tu ? Et si nous inventions une chanson, qu’est-ce que nous  mettrions dedans ? »

Peut-être que certains se disent déjà : c’est bien beau mais comment je fais pour trouver le temps nécessaire ? En plus, j’ai d’autres enfants à faire travailler… Il est vrai qu’au départ c’est un peu chronophage mais ensuite, une fois que l’enfant ou le jeune a saisi combien c’est efficace pour lui et combien il peut y trouver du plaisir, alors que de temps gagné et quelle sérénité !

Bons travaux pratiques !

Anne-Sophie de Chauvigny  Formatrice et psychothérapeute.

Comments are closed.